Traiter naturellement la cystite avec les plantes : conseils et remèdes

Dans cet article, nous abordons un sujet crucial pour la santé, un problème plus fréquent chez les femmes : la cystite. Nous explorons également les remèdes naturels à base de plantes sauvages qui peuvent soulager ses symptômes.

Avant tout, il est essentiel de consulter un médecin en présence de symptômes sévères, comme des douleurs lombaires ou abdominales, de la fièvre, ou du sang dans les urines. N’hésitez pas non plus à consulter un médecin en cas de symptômes moins sévères.

La cystite, souvent appelée infection urinaire, est une inflammation de la vessie, le plus souvent causée par la prolifération de la bactérie Escherichia coli.

On rencontre cette inflammation plus fréquemment chez les femmes que chez les hommes, à cause notamment de la différence de longueur de l’urètre. La cystite est en moyenne moins grave chez la femme que chez l’homme. Il est nécessaire pour ces derniers de consulter un professionnel de santé et de ne pas s’automédiquer en cas de cystite [1-4].

Facteurs favorisant la cystite

Certains comportements peuvent augmenter le risque de développer une cystite, tels que la constipation, le stress, la fatigue, le port de sous-vêtements synthétiques, et les rapports sexuels. Il est recommandé d’uriner immédiatement après un rapport sexuel et de limiter l’usage des spermicides pour réduire ce risque.

Plantes bénéfiques pour la cystite

Pour traiter naturellement la cystite, certaines plantes peuvent être très utiles grâce à leurs propriétés diurétiques, antalgiques, anti-inflammatoires, antispasmodiques et antiseptiques.

Avant d’utiliser ces plantes, il est nécessaire de prendre en compte que la phytothérapie ne peut être envisagée que dans le cas de récidives courantes et connues du patient.

Plantes diurétiques

Le frêne (Fraxinus excelsior), la prêle des champs (Equisetum arvense), le bouleau verruqueux (Betula pendula), et l’ortie (Urtica dioica) sont des diurétiques qui aident à augmenter le volume urinaire, facilitant l’élimination des bactéries qui provoquent la cystite [4-7].

Plantes antalgiques et anti-inflammatoires

La reine des prés (Filipendula ulmaria) et le saule (Salix pp.) sont comparables à l’aspirine en termes de propriétés et de contre-indications. Ils sont à éviter en cas d’allergie à l’aspirine et chez les personnes préparant ou se remettant d’une chirurgie.

L’ortie (Urtica dioica) est également une plante anti-inflammatoire et diurétique, tout comme la reine-des-prés (Filipendula ulmaria), ce qui en fait une option très adaptée [4,6,7].

Plantes antispasmodiques

La camomille matricaire (Matricaria chamomilla) est recommandée pour ses propriétés relaxantes et antispasmodiques [4,6,8].

Plantes antiseptiques urinaires

Le busserole (Arctostaphylos uva-ursi), la bruyère commune (Calluna vulgaris), et la bruyère cendrée (Erica cinerea) sont efficaces contre les infections urinaires mais sont déconseillées pour les femmes enceintes, allaitantes et les enfants, et présentent des interactions avec certains médicaments [4,6,9].

Il est déconseillé de les prendre sur le long terme sans avis médical.

Précautions et recommandations

Pour conclure, bien que les plantes offrent une alternative naturelle pour le traitement de la cystite, une consultation médicale reste indispensable en cas de symptômes sérieux. Il est crucial de ne pas se soigner seul.

Pour aller plus loin

Si l’article vous a plu, nous vous invitons à consulter les autres articles de la série sur la phytothérapie : les plantes pour les troubles respiratoires, les trouble du système digestif et les troubles du système nerveux.

Découvrez notre formation Se soigner par plantes, dédiée aux plantes médicinales et différents troubles.

FORMATION SE SOIGNER PAR LES PLANTES

Nous vous rappelons que la cueillette sauvage comporte des risques, que vous pouvez découvrir ici les règles et précautions pour la cueillette. Il est indispensable d’être sûr à 100% de vos identifications avant de consommer une plante, quelle qu’elle soit.

Pour apprendre à cueillir 6 plantes sauvages faciles à trouver et à identifier, découvrez notre newsletter gratuite 6 plantes sauvages.

Pour en savoir plus sur les plantes citées, vous pouvez consulter nos vidéos Youtube.

Et pour vous lancer dans des formations en ligne sérieuses et pédagogiques sur ces sujets, rendez-vous sur la page de nos formations en ligne sur les plantes sauvages et les champignons.

Vous pouvez tester nos plateformes au travers de la démo de la formation du cueilleur. L’inscription est gratuite !

LA FORMATION DU CUEILLEUR

Sources

  1. Marieb, E. N. & Hoehn, K. Anatomie et physiologie humaines. Éditions du Renouveau pédagogique Inc. (2018).
  2. Audenet, F. & Bruyère, F. Chapitre 11 – Infections urinaires de l’enfant et de l’adulte. Association française d’urologie. (2016) Disponible sur : https://www.urofrance.org/congres-et-formations/formation-initiale/referentiel-du-college/infections-urinaires.html.
  3. Ameli. Cystite : symptômes et causes. Disponible sur : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/cystite/reconnaitre-cystite.
  4. Goetz, P. & Hadji-Minaglou, F. Conseil en phytothérapie : Guide à l’usage du prescripteur. Lavoisier Tec & Doc (2019).
  5. Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). Community herbal monograph on Fraxinus excelsior L. or Fraxinus angustifolia Vahl, folium. (2012) Disponible sur : https://www.ema.europa.eu/en/documents/herbal-monograph/final-community-herbal-monograph-fraxinus-excelsior-l-fraxinus-angustifolia-vahl-folium_en.pdf.
  6. Wichtl, M. & Anton, R. Plantes thérapeutiques: tradition, pratique officinale, science et thérapeutique. Cachan, France (2003).
  7. HMPC. Urticae folium. (2022) Disponible sur : https://www.ema.europa.eu/en/medicines/herbal/urticae-folium.
  8. Hoffman, D. Medical Herbalism. Healing Arts Press (2003).
  9. Fleurentin, J. Du bon usage des plantes qui soignent. Ouest-France (2022).