Le hêtre, le roi de nos forêts

Dans la vidéo ci-dessus, on vous explique comment reconnaître le hêtre (Fagus sylvatica) et le différencier du charme.

Les feuilles, les graines, le bois, les bourgeons… Découvrez vite ses vertus !

Le hêtre Fagus sylvatica a un feuillage dense qui laisse peu filtrer la lumière : les forêts de hêtres sont assez sombres,  peu de plantes arrivent à se développer à leur pied. Le hêtre est l’espèce principale d’arbre constituant les dernières forêts primaires d’Europe, situées dans les Carpates.

Où le trouve-t-on et comment le reconnaître?

On trouve le hêtre communément dans la moitié nord de la France et plutôt en montagne dans la moitié sud. Il aime l’ombre, l’humidité et les sols argileux pas trop riches en matière organique.
Il peut vivre 300 ans et atteindre 40 m de hauteur. Ses racines sont souvent visibles près du tronc.
Son écorce est gris clair et lisse, elle ressemble un peu à une patte d’éléphant.
Les feuilles, caduques, sont alternes, ovales, au bord externe lisse, à 4 ou 5 lobes arrondis et portent de petits poils blancs.
La floraison du hêtre a lieu en avril-mai. Fleurs mâles et fleurs femelles se trouvent sur le même arbre. Les fleurs mâles, brun-jaune, sont groupées en chatons globuleux suspendus sur un jeune rameau. Les fleurs femelles, vertes, sont réunies par 2 ou 3 dans une enveloppe – une cupule hérissée de pointes molles (que l’on retrouvera sur le fruit).
Les faînes, fruits du hêtre apparaissent en automne, tous les deux à trois ans environ et de manière abondante. Elles tombent d’elles-mêmes quand elles sont mûres. La faîne est la partie brune triangulaire qui se trouve à l’intérieur de la cupule hérissée, laquelle ressemble à une toute petite bogue de châtaigne. Chaque “bogue” contient 2 à 3 fruits, renfermant eux-mêmes une graine chacun. C’est cette graine, ou amande, qui est comestible. Elle a une saveur délicate rappelant la noisette.

Ramasser et déguster les faînes

Ramassez les faînes au sol en septembre-octobre, en vous assurant qu’elles n’ont pas de petits trous : dans le cas contraire, c’est qu’elles ont déjà été visitées par les insectes !
Pour manger les faînes, faites-les tremper dans des bains successifs et jetez l’eau de trempage avant consommation. Vous pouvez les griller, les servir en apéro ou en garniture de salade. Les Amérindiens les faisaient bouillir puis les écrasaient en purée. On peut aussi les sécher et les réduire en farine pour enrichir une pâte à pain ou à gâteau.
L’amande de la faîne est riche en lipides et glucides. Elle peut fournir une huile savoureuse, non toxique, pouvant accompagner les salades, les crudités ou le poisson.
Néanmoins, ne consommez pas trop de faînes ! Elles contiennent une substance toxique pouvant causer des troubles intestinaux, avec crampes, diarrhées ou nausées à la clef.

Écorce, feuilles et bourgeons de hêtre : des usages médicinaux

L’écorce et les feuilles font baisser la fièvre : on les utilisait traditionnellement en Europe pour traiter le paludisme. Elles agissent aussi comme antiseptique, en empêchant le développement des bactéries et virus.
Le hêtre contient un polyoside anti-inflammatoire efficace pour protéger la muqueuse de l’estomac en cas de gastrite.
Les tanins, présents dans l’écorce et les feuilles leur confèrent des propriétés vermifuges (utiles contre les vers parasites de l’intestin), antiseptiques et anti-inflammatoires utiles en externe également.
A haute dose, le hêtre a un effet purgatif.
En Europe et Amérique du Nord, on appliquait une décoction d’écorce ou de feuilles sur la peau pour laver plaies, enflures, ampoules, démangeaisons cutanées, inflammations et maladies de peau (eczéma, psoriasis).
Usage interne
Réduit en charbon végétal, le hêtre est un antiseptique et un désinfectant intestinal, allié contre certains désordres par sa capacité à absorber les gaz excessifs. Le charbon, précieux en cas de gastro-entérite ou diarrhée du voyageur, doit être pris à distance des médicaments.
Bourgeons

Prélevez toujours l’écorce sur les branches et non sur le tronc. De préférence sur des branches fraîchement élaguées afin d’éviter d’infliger des blessures à l’arbre, qui l’exposeraient aux parasites.
Les feuilles se récoltent au printemps, quand elles sont jeunes. Vous pouvez les faire sécher pour les conserver.

Nous vous rappelons que la cueillette sauvage comporte des risques, que vous pouvez découvrir ici. Il est indispensable d’être sûr à 100% de vos identifications avant de consommer une plante, quelle qu’elle soit.Pour apprendre à cueillir 6 plantes sauvages faciles à trouver et à identifier, découvrez notre newsletter gratuite.Pour en savoir plus sur les plantes citées, vous pouvez consulter nos vidéos Youtube.

Et pour vous lancer dans des formations en ligne sérieuses et pédagogiques sur ces sujets, rendez-vous sur la page de nos formations. Vous pouvez tester nos plateformes au travers de la démo de la formation du cueilleur. L’inscription est gratuite !

Pour pratiquer la cueillette et échanger avec notre communauté de cueilleurs vous également rejoindre notre groupe facebook !