Le ginkgo biloba est un drôle d’arbre, puisqu’il est le seul représentant de la famille des Ginkgoaceae. Il est originaire de Chine.
Il s’agit de la plus ancienne famille d’arbres, vraisemblablement apparue il y a 270 millions d’années. Il peut atteindre de 20 à 30 mètres de hauteur.

Selon certains botanistes, le ginkgo serait immortel, n’ayant aucun prédateur naturel, pas de maladies connues ni de parasites. Seul l’être humain ou d’éventuelles tempêtes destructrices pourraient l’abattre. Certains individus ont d’ailleurs plus de 1000 ans !

Le ginkgo biloba est dioïque, c’est à dire que les individus mâles et femelles sont séparés. Sa maturité sexuelle arrive vers ses 20 ou 30 ans.
Ses feuilles sont souvent formées de deux lobes en forme de palme, et sans nervures.
Il n’y a pas de fruits, ce sont des ovules que l’on voit, directement sur l’arbre.

L’arbre mâle produit du pollen en très grande quantité, et c’est porté par le vent que celui-ci arrive sur les ovules de l’arbre femelle, pour initier la reproduction.

Les feuilles de gingko (molécules extraites dans l’alcool ou directement en poudre) sont traditionnellement utilisées contre les problèmes de varices, d’hémorroïdes et de peau, mais aussi pour les problèmes de mémoire. Pour en savoir plus sur ses vertus, rendez-vous dans cet article.

L’ovule de ginkgo biloba n’est pas très appétissante, puisqu’elle a une chair possédant une forte odeur de vomi !
A l’intérieur de l’ovule, il y a ce qu’on appelle l’amande. (qui n’a rien à voir avec les amandes que l’on utilise en pâtisserie !)
Il y a une partie extérieure qui est dure, et c’est l’intérieur qui se mange. A l’intérieur de la partie dure, se trouve une partie tendre, qui est consommée en Asie. Très utilisée en Thaïlande, mais partout ailleurs en Chine, au Japon…

Il faut prendre des précautions, quand vous les récoltez, parce que cette chair qui sent mauvais, peut donner des inflammations, des allergies au niveau de la peau. Certaines personnes n’ont pas de réaction, mais dans le doute, nous vous conseillons de les dépiauter avec des gants. Ces amandes se mangent cuites, et avec modération ! 

Nous vous rappelons que la cueillette sauvage comporte des risques, que vous pouvez découvrir ici. Il est indispensable d’être sûr à 100% de vos identifications avant de consommer une plante, quelle qu’elle soit.

Pour apprendre à cueillir 6 plantes sauvages faciles à trouver et à identifier, découvrez notre newsletter gratuite.

Pour en savoir plus sur les plantes citées, vous pouvez consulter nos vidéos Youtube.

Et pour vous lancer dans des formations en ligne sérieuses et pédagogiques sur ces sujets, rendez-vous sur la page de nos formations. Vous pouvez tester nos plateformes au travers de la démo de la formation du cueilleur. L’inscription est gratuite !

Pour pratiquer la cueillette et échanger avec notre communauté de cueilleurs vous également rejoindre notre groupe facebook !