Les règles de cueillette

Pour devenir un véritable cueilleur, partir à la cueillette de champignons et éviter les grosses indigestions, il est utile de connaître quelques règles.
A commencer par la règle d’or : ne consommez que ce que vous êtes sûr.e.s d’avoir identifié à 100% (on recommanderait presque 450% !).

Pour découvrir quelques généralités sur les champignons et leur biologie, rendez-vous dans cet article. Il faut savoir que lorsque vous cueillez un champignon, vous cueillez en réalité la partie reproductrice et émergée d’un organisme beaucoup plus vaste, constitué de filaments enchevêtrés dans le sol (le mycélium).

  1. Habillez-vous chaudement, mettez de bonnes bottes, munissez-vous d’un couteau à champignons !
  2. Evitez de cueillir au bord des routes et chemins, près des sites industriels ou artisanaux, dans les prairies et les champs traités avec des pesticides. Certains champignons étant des accumulateurs de métaux lourds et d’éléments radioactifs, c’est une mesure de précaution.
  3. Les lendemains de gelée, choisir des champignons du jour pour éviter qu’ils ne pourrissent. (exemple du pied bleu).
  4. Ramassez dans un panier en osier ou un contenant bien aéré. Il faut éviter d’utiliser des contenants hermétiques en plastique et de les y laisser des heures, car cela accélère leur pourrissement et leur fermentation… ce qui peut rapidement les rendre impropres à la consommation !
  5. Bien séparer les différentes espèces cueillies dans votre contenant, pour éviter de mélanger par accident avec un champignon toxique ou dont le goût ruinerait votre belle poêlée !
  6. Consommez rapidement (le jour même dans l’idéal) ou conserver par congélation, dessiccation ou conserve.
  7. Renseignez vous pour savoir si votre département est concerné par une législation sur les espèces ou les quantités à prélever. Dans les forêts publiques, la cueillette est limitée à 5L, soit l’équivalent d’un petit panier plein. Quelques textes de lois sont disponibles dans cet article. Ne cueillez que ce dont vous avez besoin pour éviter le gaspillage !
  8. Couper ou arracher ? La réponse de ce débat brûlant dans cet article.
règles de cueillette carré

Reconnaître les champignons

Le plus important des conseils sera toujours le suivant : de ne jamais cueillir et encore moins manger un champignon que l’on a pas identifié. Pour bien les identifier, munissez-vous d’un bon livre, ou emmenez un mycologue avec vous ! 🙂 Parfois il peut être nécéssaire de ramener le champignon dans une pharmacie pour l’identifier, assure-vous de prélever tout le pied.
Comme pour les plantes, l’identification d’un champignon demande des connaissances qui ne s’apprennent pas à la va-vite ! On vous conseille quelques références dans cet article.

Ces dernières années, les applications de téléphone pour identifier plantes et champignons… fleurissent ! Elles sont basées uniquement sur des algorithmes d’analyse d’image, qui s’améliorent avec le temps. Si elles commencent à être assez précises pour les plantes, c’est plus délicat pour les champignons qui changent beaucoup d’aspect pendant leur cycle de développement. Des champignons très jeunes peuvent se ressembler énormément, et d’autres critères doivent entrer en jeu : odeur, texture… la vue n’est pas le seul sens à aiguiser pour la cueillette des champignons !

Avec la recrudescence des intoxications à l’amanite phalloïde en ce moment, on vous le rappelle encore une fois : la cueillette des champignons n’est pas un loisir à prendre à la légère ! Prendre plusieurs photos n’est jamais de trop : en cas d’intoxication cela aidera le centre antipoison à bien identifier votre problème.
Pour en savoir plus sur l’amanite phalloïde, vous pouvez consulter cette excellente fiche de l’ANSES.

Le saviez-vous : certains champignons provoquent des symptômes après une période de latence de plus de 6h. C’est le cas notamment du syndrome phalloïdien, provoqué notamment par l’amanite phalloïde et qui survient en général 10 à 48h après ingestion. Les “amatoxines”, substances toxiques présentes dans ces champignons peuvent provoquer des déshydratations, de la tachycardie, des hémorragies, des comas, et éventuellement un décès. Raison de plus pour être vigilants avant de consommer les champignons !

Les bonnes pratiques pour l'identification photo

Comme en botanique, l’identification sur photo peut être problématique. Afin d’avoir toutes les chances de reconnaître l’espèce que vous avez en face de vous, il faut au minimum trois prises de vue :
– Une photo du chapeau, vu de dessus
– Une photo du dessous, où l’on voit les lamelles, les plis, ou autre
– Une photo du pied en entier.
Sans ces images, personne ne saura vous dire précisément de quel champignon il s’agit ! Et même avec tout ça, il peut subsister un doute ! 

Pour évaluer vous même la fiabilité d’applications comme Champignouf, Shroomify ou Fungus (pour ne citer que les plus populaires), à vous de jouer en tentant d’être plus précis que votre smartphone ! Avec un peu d’entraînement et de pratique (et un bon livre), on vous assure que c’est possible !
Si vous êtes intéressés par les champignons, nous vous préparons une formation complète pour l’automne 2021 ! Et pour patienter, rendez-vous sur notre playlist youtube.