LA BOTANIQUE ET LA CUEILLETTE

 

La botanique :

Est l’étude du règne végétal dans sa globalité.

La botanique de terrain :

Est avant tout l’art d’observer les plantes dans le détail. Une minutieuse identification permet ensuite de les localiser dans leurs familles et dans le grand arbre phylogénétique. Nous avons des familles de plantes dans lesquelles il n’y a pas de plante toxique et d’autres au contraire avec que des plantes toxiques. Bien sûr sur le terrain nous utilisons tous nos sens, le toucher et l’odorat et bien sûr le goût, la relation avec le végétal prend une autre dimension et de nombreuses informations primordiales en ressort.

Outils du botaniste :

Pour se faire, le botaniste en herbe utilise des livres spécialisés, appelés aussi flores dichotomiques (voir article avec les références de livres et de sites internet) et une loupe de botaniste type “La Hulotte“, page 22 du catalogue. Il est également fortement conseillé de participer à des sorties sur le terrain avec des guides nature dont je fais parti qui sollicitent constamment leurs différents sens.

En tant que cueilleur/mangeur, l’homme est souvent à la recherche de jeunes pousses, plus tendres et agréables, mieux supportées et meilleurs pour la santé. L’art de les reconnaître demande beaucoup de pratique et un livre adapté : Flora vegetativa

Il est nécessaire d’apprendre quelques mots de vocabulaire spécifiques à la botanique afin de comprendre de quelle partie de la plante il est question. Pour cela le “Guide des fleurs sauvages” ou la “Petite flore” de Bonnier est super.

Règles de cueillette :

La règle fondamentale du cueilleur de plantes pour un usage alimentaire et médicinal est d’être sûr à 100 % de l’identification (voir article : Règles et précautions pour la cueillette de plantes sauvages). Même si le pourcentage de plantes toxiques est faible, les confusions sont possibles surtout au début de l’expérimentation. Il y a environ 6000 espèces de plantes sauvages en France, 300 toxiques et une vingtaine de très toxiques (mortelles) dont la dose létale est faible, par exemple, l’if, la digitale, la grande cigüe, le vératre…

Pour identifier les plantes chez soi ou pour les mettre dans un herbier, faire attention à ne pas cueillir d’espèce protégée.

 

Panais redim